Kok Thlok

Vision & Missions

Vision

Kok Thlok vise à redynamiser le développement culturel et artistique du pays :

  • Intégrer la culture à la dynamique du développement du pays, en la mettant au service des communautés locales
  • Valoriser l’héritage culturel khmer au niveau international
  • Préserver la diversité culturelle de l’Humanité

Kok Thlok aims to revitalize the cultural and artistic development of the country :

  • Incorporating culture into the development dynamics of the country, placing it at the service of local communities
  • Valuing the Khmer cultural heritage at the international level
  • Preserving the cultural diversity of humanity

Picture2Missions

  • žRedonner au théâtre toute sa place au sein de la société khmère, en sensibilisant la population à la renaissance du théâtre et à la préservation du patrimoine artistique du pays
  • žProposer des représentations dans les zones rurales et dans les pagodes, centres des communautés villageoises
  • žOrganiser des évènements culturels exceptionnels en ville
  • žDévelopper les échanges culturels avec des artistes locaux et / ou internationaux
  • žMettre en place des collaborations avec des institutions nationales et internationales
  • 21 artistes formés à l’Université Royale des Beaux-Arts (Phnom Penh) mettent en commun leurs compétences et leurs arts en vue de faire revivre le théâtre traditionnel Khmer au 21ème siècle.
  • La présence de S.E Pich Tum Kravel (1943-2015), grand maître et mémoire du théâtre au Cambodge, garantit le respect de la tradition théâtrale khmère.

Né dans la province de Kandal sous le nom de Chhorn Tort, Pich Tum Kravel adoptera ce nom après le régime des Khmers rouges, à la fin des années 1970. Dans les années 1960, Kravel tournera le conte populaire “Tum Teav” (une sorte de version khmère de “Roméo et Julilette”), dans une production moderne et novatrice de la forme de théâtre musical traditionnelle connue sous le nom de “Yike”. Ayant survécu au régime des Khmers rouges, Kravel a contribué à relancer les arts de la scène en créant des associations d’artistes et en organisant des spectacles avec l’aide du Ministère de la Culture dans les années 1980. Il a également écrit et mis en scène “Le développement de la Nation du Kampuchea” en 1983, qui constituait la plus importante pièce après le régime Pol Pot, réunissant plus de 400 interprètes et qui a été représenté plus de 70 fois.

Ayant perdu la plupart de ses amis artistes sous le régime des Khmer rouges, Kravel a commencé un immense travail de recherche sur toutes les formes d’arts vivants et traditionnels khmers. Au cours des dernières années, Kravel a écrit une série de 21 livres sur l’art traditionnel du Cambodge. Ses recherches et publications constituent aujourd’hui la majeure partie de la mémoire vive cambodgienne en matière de théàtre et danse khmers.

  • Depuis la création de l’association en 2006, plus de 80 représentations ont eu lieu dans les villages et à Phnom Penh

Picture6

  • Restoring the theater to its place in Khmer society by raising public awareness of the revival of the theater and the preservation of the country’s artistic heritage
  • Provide performances in rural areas and pagodas, centers of village communities
  • Organise exceptional cultural events in the city
  • Develop cultural exchanges with local and / or international artists
  • Establish collaborations with national and international institutions
  • 21 artists trained at the Royal University of Fine Arts (Phnom Penh) share their skills and arts in order to revive the traditional Khmer theater in the 21st century.
  • The legacy of the experience and knowledge of S.E Pich Tum Kravel (1943-2015), grand Master and memory of Khmer theater, guarantees respect/faithful to the Khmer theatrical tradition.

Born in Kandal province under the name of Chhorn Tort, Pich Tum Kravel adopted this name after the Khmer Rouge regime in the late 1970s. In the 1960s, Kravel turned the folk tale “Tum Teav” (a kind of Khmer version of “Romeo and Juliette”), in a modern and innovative production of the form of traditional musical theater known as “Yike” in Khmer. Having survived the Khmer Rouge regime, Kravel helped revive the performing arts by creating artists’ associations and organising performances with the support of the Ministry of Culture in the 1980s. He also wrote and staged “The Development of the Kampuchea Nation” in 1983, which was the most important play after the Pol Pot regime, bringing together more than 400 artists and comedians and performed more than 70 times.

Having lost most of his artist friends during the Khmer Rouge regime, Kravel began an immense work of research on all forms of Khmer living and traditional arts. Over the past few years, Kravel wrote a series of 21 books on traditional Cambodian art. His research and publications now make up the bulk of Cambodian live memory in Khmer theater and dance.

  • Since the inception of Kok Thlok association in 2006, more than 80 performances have taken place in the villages and in Phnom Penh.
Translate »